MENU

Archives actualités 2015

22/12/2015

Merry Christmas and a Happy New Year!

Merry Christmas and a Happy New Year!

Les secousses de l’Avent s’accentuent et les préparatifs pour le grand jour battent leur plein. Les séismes ne sont toujours pas vraiment prévisibles, mais nous garderons nos oreilles sismiques grandes ouvertes en 2016 également.

Nous vous souhaitons de Joyeuses Fêtes et vous adressons nos meilleurs voeux pour la nouvelle année!

Service Sismologique Suisse

03/12/2015

Le portail des dangers naturels de la Confédération disponible en romanche

Le portail des dangers naturels de la Confédération disponible en romanche

Le portail des dangers naturels de la Confédération, destiné à la population, est maintenant aussi disponible en romanche. Les informations sur les situations de dangers naturels peuvent être consultées dès à présent dans les quatre langues nationales sur la page Internet www.privels-natira.ch.

19/11/2015

Deux essaims de séismes actifs en Valais

Deux essaims de séismes actifs en Valais

Depuis juin, deux séquences de tremblements de terre passés en grande partie inaperçus pour la population sont actives en Valais. Elles sont séparées d’environ 12 km : l’une est située à 5 km au Nord-Est de Sion et l’autre à environ 6 km au Nord de Sierre.

L’essaim près de Sion a débuté par un séisme de magnitude 3.0 le 20 juin 2015. Alors que la sismicité liée à cet événement est restée faible, le SED enregistre depuis début octobre une augmentation de l’activité sismique à cet endroit. La majorité des séismes enregistrés s’est produite à une profondeur de 8 km, c’est-à-dire probablement dans le socle cristallin. Une séquence similaire avait déjà été observée en 2011 à environ 2 km au Nord-Ouest de Sierre. Grâce à la densification du réseau sismique du SED ainsi qu’à de nouvelles méthodes d’analyse, nous sommes désormais en mesure d’observer les très petits tremblements de terre avec une magnitude négative.

Au Nord de Sierre, l’essaim de séismes s’est intensifié depuis la mi-octobre. Dans l’intervalle s’est produit le séisme le plus gros jusqu’ici avec une magnitude de 3.1 (14.10.2015). Le deuxième plus gros événement avec une magnitude de 2.7 a été enregistré le 18.11.2015. Le foyer des séismes se situe à une profondeur d’environ 4 km. L’histoire sismique nous montre que cette région a déjà connu par le passé des taux d’activité similaires. En été 1996 se sont produits par exemple trois séismes avec une magnitude de plus de 2.5.

Malgré la proximité géographique et temporelle de ces deux essaims, il n’existe pour l’instant aucune indication qu’ils soient liés directement. L’analyse historique montre en outre que de telles séquences ne présentent rien d’inhabituel pour le Valais. En général, l’activité des essaims s’arrête après quelques semaines ou mois. Dans de rares cas, les séismes augmentent en nombre et en taille.

26/10/2015

Les dangers naturels répertoriés dans une application de la Confédération

Les dangers naturels répertoriés dans une application de la Confédération

Les alertes et les avis de la Confédération relatifs aux dangers naturels sont désormais disponibles dans l’app gratuite de MétéoSuisse, qui complète l’offre du portail des dangers naturels www.dangers-naturels.ch. Les avis de séismes susceptibles d’être ressentis sont automatiquement transmis à l’application et représentés sur la carte générale. L’application est disponible pour iOS, Android et Windows et peut être téléchargée depuis les différentes boutiques d’applications.

Contrairement aux autres dangers naturels, les séismes ne peuvent être annoncés avant leur survenance. Ils sont en principe susceptibles de se produire à tout moment partout en Suisse. Le Service Sismologique Suisse (SED) représente, pour chaque région d’alerte, les effets attendus de tremblements de terre d’une magnitude égale ou supérieure à 2.5 sur l’app de MétéoSuisse et sur le site www.dangers-naturels.ch. Le niveau de danger attribué aux régions d’alerte situées à proximité du lieu du séisme (épicentre) est plus élevé que celui attribué à des lieux qui en sont éloignés. Les niveaux de danger se réfèrent à l’intensité du séisme dans une région d’alerte précise. L’intensité mesure les effets d’un séisme. De plus, certains niveaux de danger sont assortis d’une estimation approximative de la probabilité que des répliques surviennent. Vous trouverez ici une explication détaillée des niveaux de danger.

En règle générale, les avis de séisme générés automatiquement sont disponibles dans les quelques minutes et servent en premier lieu à informer immédiatement la population, les médias et les autorités des séismes susceptibles d’être ressentis en Suisse. Les séismologues de permanence du Service Sismologique Suisse vérifient chacun de ces avis après l’envoi automatique et procèdent, dans de rares cas, à de petites corrections. Dans un système automatisé, le risque de fausse alerte ne peut malheureusement pas être totalement éliminé. Par conséquent, si les avis de séismes sont immédiatement représentés sur la carte des dangers, ils ne sont pas envoyés sous forme d’avis push.

Vous trouverez une vue d’ensemble des canaux d’information du SED disponibles en cas de séisme dans la rubrique «Etre bien informé en continu».

Communiqué de presse des services spécialisés dangers naturels de la Confédération relatif à l’extension de l’app de MétéoSuisse

MeteoSwiss App: Google Play – App StoreWindows Store

26/10/2015

Fort séisme dans l’Hindu Kush (zone frontalière Afghanistan-Pakistan)

Fort séisme dans l’Hindu Kush (zone frontalière Afghanistan-Pakistan)

Un séisme de magnitude 7.5 a touché l’Afghanistan et le Pakistan ce lundi, 26 octobre 2015 à 9:09 (UTC). Le foyer du séisme se situe dans les montagnes de l’Hindou Kouch à une profondeur de 200 km environ.

Kaboul et Islamabad ont subi une forte secousse, alors que le tremblement de terre a été bien ressenti à plus de 1000 km de l'épicentre, comme à Delhi en Inde, Lahore au Pakistan, Tashkent en Ouzbékistan ou Douchanbé au Tadjikistan. Les dégâts sont attendus surtout dans les zones montagneuses où l’on trouve des habitations vulnérables et où l’on craint des glissements de terrain.

Des événements similaires (localisation, profondeur et magnitude) ont déjà eu lieu en 1921, 1949, 1965, 1983, 1985 et 2002, c’est-à-dire tous les 20 ans en moyenne.

L’étendue des dégâts est pour l’heure inconnue mais plus de 100 morts sont déjà à déplorer pour le seul Pakistan. En 2002, 150 victimes ont été recensées lors du dernier gros séisme avec les mêmes caractéristiques. Pour ce 26 octobre, un bilan plus lourd est à attendre. Les régions touchées sont en outre politiquement instables et difficiles d’accès pour les équipes de secours.

04/09/2015

Retour à l’activité de l'essaim de séismes à Diemtigen (BE)

Retour à l’activité de l'essaim de séismes à Diemtigen (BE)

Les essaims de séismes sont une caractéristique typique de l’activité sismique en Suisse; le Service Sismologique Suisse (SED) en enregistre plusieurs chaque année. Une caractéristique de ces séquences de séismes est l’impossibilité de distinguer clairement les secousses précurseurs, le choc principal et les répliques. Les séismes d’un essaim peuvent être peu nombreux ou se compter en milliers d’événements; étroitement liés dans le temps et dans l’espace, ils peuvent durer de quelques heures à plusieurs années. Les essaims de séismes qui se produisent hors de Suisse ont souvent lieu dans des régions volcaniques actives à l’activité magmatique et hydrothermale. Aussi, on présume qu’ils sont liés à la migration des fluides (gaz et liquides) dans la croûte terrestre.

L’un des essaims de séismes les plus actifs jamais enregistrés par le SED se produit actuellement près de Diemtigen dans l’Oberland bernois. Plus de 144 événements d’une magnitude de 0.5 ou supérieure ont été enregistrés dans la région entre avril et décembre 2014. Pendant cette période, les trois plus importants tremblements de terre se sont produits le 10 mai (magnitude 2.7), le 25 juin (magnitude 2.7) et le 15 octobre (magnitude 3.2). Depuis janvier 2015, l’activité des essaims avait nettement baissé pour disparaître presque complètement durant les mois d’été et s’intensifier à nouveau à la mi-juillet. Depuis, le SED a enregistré 21 séismes d’une magnitude de 0.5 ou supérieure, le plus fort datant du 15 août d’une magnitude de 2.7.

Entre juin 2014 et avril 2015, le SED a installé trois stations sismiques mobiles dans la région afin d’étudier de plus près «l’essaim de Diemtigen». Une première analyse indique que les séismes ont eu lieu dans un vaste escarpement d’une étendue de 400 mètres sur 700, située à une profondeur d’environ 9 kilomètres. Par ailleurs, un modèle complexe de transfert de l’activité sismique a pu être observé le long de cette zone. Des tremblements de terre atteignant une magnitude de –1.5 ont pu être détectés grâce à un procédé ultrasensible. Entre janvier 2014 et septembre 2015, plus de 2’300 microséismes ont ainsi été détectés, offrant une représentation très détaillée de l’activité des essaims (voir à ce sujet l’illustration 1).

Une nouvelle augmentation de l’activité sismique n’est pas un phénomène exceptionnel en soi. En outre, elle ne permet pas de tirer une conclusion sur l’évolution future de l’essaim. La plupart du temps, les essaims prennent fin après quelques semaines ou quelques mois. Dans de rares cas, le nombre et la force des séismes augmentent avec le temps.

01/09/2015

Les séismes: un danger à prendre au sérieux en Suisse

Les séismes: un danger à prendre au sérieux en Suisse

Après dix ans de travaux de recherche intensifs, le Service Sismologique Suisse (SED) à l’ETH de Zurich a mis au point un modèle actualisé de l’aléa sismique. Il confirme que les séismes sont pour la Suisse un danger à prendre au sérieux.

Selon des estimations, les séismes sont en Suisse le danger naturel pouvant provoquer le plus de dommages. Sur mandat de la Confédération, le SED surveille l’activité sismique et évalue l’aléa sismique en Suisse. De plus, il publie à intervalles réguliers un modèle qui décrit les séismes susceptibles de se produire à l’avenir et les mouvements de sol qui en découleraient. Le modèle actualisé de l’aléa sismique publié récemment est basé sur des modèles prévisionnels améliorés, de nouvelles données beaucoup plus précises ainsi que des évaluations révisées des sources historiques. Il remplace le modèle de 2004 et permet une évaluation de l’aléa sismique nettement plus fiable. Il représente la base pour les spécialistes et les représentants des autorités lorsqu’il s’agit de prendre une décision sur la mitigation des séismes et la gestion des risques.

Dans l’ensemble, la valeur de l’aléa sismique pour les différentes régions n’a que légèrement évolué depuis 2004 : le Valais reste la région qui présente le danger sismique le plus élevé, suivi de Bâle, des Grisons, de la vallée du Rhin saint-galloise et de la Suisse centrale. Selon l’estimation du SED, l’aléa n’est plus fort que ce qui était admis jusqu’à présent que pour le canton des Grisons et plus particulièrement pour l’Engadine. Cette classification à un niveau légèrement plus élevé s’explique avant tout par une évaluation ajustée des séismes survenus par le passé.

Découvrez par le biais de notre outil en ligne d’autres cartes et comparez-les avec d’autres paramètres et périodes.

Vous trouverez des informations supplémentaires sur le modèle de l’aléa sismique sur cette page.

Les spécialistes trouveront des informations complémentaires ainsi que des données spécifiques et des valeurs caractéristiques ici.

Quelle est votre opinion? Que pensez-vous des informations concernant l’aléa sismique actualisé? Lien vers le questionnaire.

Flyer "Aléa sismique Suisse"

 

11/08/2015

Scientifica 2015: Mit Lichtgeschwindigkeit vor Erdbeben warnen?

Scientifica 2015: Mit Lichtgeschwindigkeit vor Erdbeben warnen?

Über elektromagnetische Wellen können gemessene Erdbebensignale bereits heute mit Lichtgeschwindigkeit übertragen werden. Der Schweizerische Erdbebendienst geht der Frage nach, wie Licht künftig noch besser dabei helfen kann, die Auswirkungen von Erdbeben einzudämmen.

Trotz vielfältigen Erkenntnisgewinnen bleibt in der Seismologie einiges im Halbdunkeln. Mit einer grossflächigen Projektion auf ein Relief der Schweiz, Informationen zu Erdbebenlichtern sowie Erläuterungen zur Erdbebenfrühwarnung bringen wir an der Scientifica etwas Licht ins Dunkle! Sie haben zudem Gelegenheit, Ihre Reaktionsfähigkeit nach dem Eintreffen eines Erdbebenalarms zu testen, mehr über das empfohlene Verhalten im Ereignisfall zu lernen sowie im Erdbebensimulator verschiedene Beben hautnah mitzuerleben.

Besuchen Sie uns im ETH Hauptgebäude! Die Scientifica findet am Wochenende vom 5. und 6. September 2015 statt.

04/08/2015

"Forschung live" mit dem SED

Die Akademie der Naturwissenschaften Schweiz (SCNAT) macht anlässlich ihres 200-jährigen Jubiläums Naturwissenschaften auf vielseitige Weise erlebbar. Unter dem Motto „Naturwissenschaften erlebbar nah“ koordiniert sie schweizweit diverse Veranstaltungen für Gross und Klein. Der Schweizerische Erdbebendienst (SED) beteiligt sich mit zwei Beiträgen an „Forschung live“:

12. August 2015, 19.30 bis 21.00 Uhr, Sozialarchiv Zürich
Remo Grolimund, Historiker beim SED, präsentiert das Buch „Die Naturforschenden“ mit einer multimedial begleiteten Lesung aus seinem Beitrag über den Schweizer Geophysiker und Grönlandforscher Alfred de Quervain.

Eine weitere Gelegenheit das Buch "Die Naturforschenden" kennenzulernen bietet sich am 2. September in Bern!

14. August 2015, 18.15 bis 19.30 Uhr, ETH Zürich, Gebäude NO
Erfahren Sie im Vortrag „Erdbebenland Schweiz“ mehr über die Naturgefahr mit dem grössten Schadenspotential hierzulande und erleben Sie im Erdbebensimulator, wie sich ein Erdbeben anfühlt.

29/07/2015

Trois mois après le fort séisme au Népal

Trois mois après le fort séisme au Népal

Un séisme d’une magnitude de 7.8 a secoué le Népal le 25 avril 2015 occasionnant des dégâts importants. Le Service Sismologique Suisse a élaboré une fiche d’informations qui revient sur les trois derniers mois du point de vue sismique. Tout comme les séismes à venir et leurs conséquences, l’activité post-sismique dans cette région pose également problème.

Téléchargez la fiche d’informations (en anglais)

30/06/2015

Le SED à l’Expo Milano 2015

Le SED à l’Expo Milano 2015

Le Pavillon suisse de l’Expo Milano 2015 présente jusqu’au 2 août 2015 la vidéo "Water – The Source of Life". L’ETH de Zurich y présente des chercheurs étudiant des questions fondamentales en lien avec le thème de l’eau. Claudia Röösli, doctorante au SED, en fait partie. En utilisant des sismomètres, elle étudie les tremblements de glace pour en savoir plus sur l’écoulement des glaciers et pour en tirer des conclusions sur les conséquences du changement climatique.

Regardez ici la vidéo Water – The Source of Life (contribution du SED à partir de la minute 2:12)

Apprenez-en plus sur les tremblements de glace

20/06/2015

Séisme bien ressenti près de Sion

Séisme bien ressenti près de Sion

Ce samedi 20 juin 2015 à 12:30 (heure locale) s’est produit un séisme de magnitude 3.0 à 5 km au NE de la ville de Sion (VS), à une profondeur de 8.5 km. L’épicentre se trouve dans la commune d’Ayent.

Le séisme a été très bien ressenti par la population près de l’épicentre et dans la vallée du Rhône, en particulier entre Sion et Sierre. De nombreux témoins ont rapporté leur ressenti sur notre site internet. La vallée du Rhône est bien connue pour amplifier notablement les ondes sismiques ce qui a provoqué un fort ressenti dans toute la vallée. Aucun dégât n’est attendu pour un tel séisme.

Le Valais est la région la plus active de Suisse, en particulier la région au N de Sion/Sierre. Elle correspond à la zone activée en 1946 lors du dernier grand tremblement de terre en Suisse (magnitude 5.8) qui avait fait de nombreux dégâts aux bâtiments de Sion et Sierre, encore peu peuplées à l’époque. Le séisme du 20 juin 2015 s’est produit plus près de Sion que les séismes survenus ces dernières années, p. ex. en janvier 2010 où trois séismes de magnitude supérieure à 3 s’étaient produits près de Sierre, ou encore en 2003 où deux séismes de magnitude 3.5 avaient eu lieu quelques kilomètres plus au N.

15/06/2015

Séisme ressenti près de Bourg-Saint-Pierre (VS)

Séisme ressenti près de Bourg-Saint-Pierre (VS)

Un petit séisme de magnitude 3.2 s’est produit le 15 juin 2015 à 05:14 près de Bourg-Saint-Pierre à une profondeur de 3 km. L’épicentre se trouve à 15 km à l’Est du col du Grand Saint-Bernard, près de la frontière italienne. Le tremblement de terre a été légèrement ressenti en Valais. Le dernier séisme ressenti dans la région, d’une magnitude de 3.2, date du 23.11.2014 près de Vallorcine (F). En Valais, on enregistre en moyenne plus de 200 séismes par an. Environ 72 ont pu être ressentis au cours des 15 dernières années.

12/05/2015

De nouveau un fort séisme au Népal

De nouveau un fort séisme au Népal

Un fort séisme de magnitude 7.3 a de nouveau touché le Népal le 12 mai 2015 à 7:05 UTC (9:05 CH) (12:50 heure locale). L’épicentre se situe à 80 km au Nord-Est de Katmandou, près de la region de l’Everest, à la frontière avec le Tibet, et à 15 km de profondeur. Il s’est à nouveau produit à la frontière de plaque entre l’Inde et l’Asie (front himalayen) à la meme profondeur et à l’extrémité Est de la rupture du 25 avril 2015. On s’attend à des dégâts supplémentaires à l’Est de Katmandou. De fortes répliques sont attendues et un nouvel événement de plus forte magnitude ne peut pas être exclu.

Trouvez plus d'information sur le site web du l'USGS.

04/05/2015

1re place dans la catégorie Sciences de la Terre et de la mer

1re place dans la catégorie Sciences de la Terre et de la mer

Cette année, l’ETH de Zurich se hisse à la première place du classement QS World University Rankings par discipline dans la catégorie Sciences de la Terre et de la mer. Le classement se base sur la réputation académique, la renommée de l’employeur et l’influence sur la recherche. Le Département des Sciences de la Terre (D-ERDW), auquel est associé le SED et qui, après avoir décroché la neuvième place l’année dernière, est pour la première fois en tête de classement. L’ETH de Zurich occupe, tout comme l’année dernière, la 12e place au classement général des universités. Le Service Sismologique Suisse se réjouit de cet excellent résultat et vous remercie de votre précieuse collaboration!

27/04/2015

Violent séisme au Népal

Violent séisme au Népal

Le Népal a été frappé, le samedi 25 avril 2015 à 6 h 11 (UTC), par un violent séisme de magnitude 7.8. Le tremblement de terre s’est produit à environ 80 kilomètres au nord-ouest de Katmandou, la capitale du pays, et à 15 kilomètres de profondeur.

Cette secousse fait partie des dix séismes les plus violents à avoir été enregistrés par des instruments dans l’Himalaya. Le dernier tremblement de terre d’une puissance de cet ordre au Népal remonte à plus de 80 ans. Il a eu lieu en 1934 et était d’une magnitude de 8.2. Le dernier grand séisme qui s’est produit dans cette région a touché le Cachemire et le Pakistan en 2005 et était d’une magnitude de 7.6.

La région de l’Himalaya compte parmi les zones sismiques les plus actives, qui sont régulièrement secouées par de tremblements de terre importants. Ces derniers sont dus à la collision de la plaque indienne avec la plaque eurasienne, l’Inde se déplaçant vers l’Eurasie de près de 5 cm par an. La zone de faille sur l’axe est-ouest forme plusieurs failles principales et secondaires parallèles et c’est sur l’une d’entre elles que le séisme s’est produit samedi dernier. Selon les connaissances actuelles, la surface de rupture s’étend de l’épicentre en direction est-sud-est sur environ 150 km et sur environ 50 km en direction nord-sud. Katmandou, la capitale du Népal, se trouve directement sur la surface de rupture. A l’ouest de l’épicentre en direction de Pokhara, les secousses ont été moins violentes.

A titre de comparaison, dans l’espace alpin européen, là où la plaque eurasienne et la plaque africaine entrent en collision, le taux de collision n’est que de 1 à 4 mm/an. Les tremblements de terre historiquement connus les plus importants lents dans les Alpes, d’une magnitude de 7, sont environ 20 fois moins forts que le séisme qui s’est produit au Népal, lui d’une magnitude de 7.8.

Entre-temps, de nombreuses répliques se sont produites et certaines d’entre elles ont été très violentes. La réplique la plus importante jusqu’ici avait à peu près la force du tremblement de terre qui s’est produit à Bâle en 1356, le plus grand événement historiquement connu en Suisse. Il faut s’attendre au cours des prochaines semaines à d’autres répliques violentes, qui peuvent entraîner de nouveaux dégâts mais aussi des avalanches et glissements de terrain. Les répliques vont perdurer pendant des mois encore et il n’est pas non plus exclu qu’un autre séisme important se produise.

L’étendue exacte des dégâts est encore incertaine, mais on déplore déjà plusieurs milliers de victimes.

Cliquez sur les liens suivants pour de plus amples informations sur le séisme:

Journal télévisé de la SRF du 26.04.2015 (en allemand)

Deutsches GeoForschungsZentrum GFZ (en anglais)

IRIS (en anglais)

USGS (en anglais)

EMSC (en anglais)

19/03/2015

Les séismes d’origine humaine ont fait "bouger" la Schatzalp

Les séismes d’origine humaine ont fait

Du 10 au 13 mars 2015, plus de 160 sismologues, géophysiciens, ingénieurs, géologues et chercheurs en sciences sociales se sont réunis à Davos pour le premier workshop Schatzalp consacré à la "sismicité induite". Les séismes d’origine humaine dans le milieu de la géothermie (en Suisse, spécialement à Bâle et à Saint-Gall), de la fracturation hydraulique, du stockage de CO2 dans le sous-sol ou de l’industrie minière sont un sujet brûlant de grande importance. C’est pourquoi les scientifiques du monde entier se sont entretenus sur l’état actuel de la recherche et les implications possibles pour l’avenir. Le Service Sismologique Suisse a organisé le workshop en collaboration avec le Centre suisse de compétence en approvisionnement d’électricité (SCCER-SoE), l’Office fédéral de l’énergie (OFEN) et le collège de recherche en physique de la croûte terrestre (FKPE).

Vous trouverez ici plus d’informations sur le workshop

Plus d'information sur les séismes d’origine humaine se trouve ici

 

16/03/2015

Traces sismiques du passage d’une météorite

Traces sismiques du passage d’une météorite

Le 15 mars à 20 h 45, des stations sismiques ont enregistré dans l’ensemble du nord-est de la Suisse des signaux dus à une météorite. Les ondes sonores produites par la météorite ont été enregistrées sur une période de quatre minutes du canton d’Uri jusqu’au lac de Constance et au-delà, en passant par le canton de Glaris. Une station des environs d’Andermatt (UR) a été la première à enregistrer le passage de la météorite. Le Service Sismologique Suisse a reçu sept observations en provenance de personnes ayant perçu un bruit sourd. Une analyse approfondie des données sismologiques permet de déterminer le trajet de la météorite et son point d’impact avec le sol. Le SED collabore avec des experts internationaux afin de mieux comprendre cet événement. Il semble probable que des fragments de météorite soient tombés au Tessin.

12/03/2015

Deux nouveaux professeurs FNS

Deux nouveaux professeurs FNS

Récemment, le Fonds national suisse (FNS) a accordé 40 bourses à de jeunes chercheurs hors pair. Deux collaborateurs du Service Sismologique Suisse (SED), György Hetényi et Fabian Walter, bénéficieront de l’une de ces bourses dotées de 1,5 million de francs suisses chacune. Félicitations!

Après avoir passé quatre ans au SED, György Hetényi rejoindra l’Université de Lausanne où il se consacrera de manière approfondie à l’étude en 3D des structures et à la modélisation des processus conduisant à la formation des Alpes et de l’Himalaya. Fabian Walter, qui depuis 2010 a participé à différents projets au SED, restera rattaché à l’ETH de Zurich. Au Laboratoire d’Hydraulique, d’Hydrologie et de Glaciologie, il effectuera, dans le cadre de sa bourse FNS, des travaux de recherche pour savoir de quelle manière il est possible de prévoir, à l’aide de données sismiques, les chutes de séracs et les ruptures de lacs glaciaires.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site internet du FNS.

05/03/2015

Un meilleur accès aux informations relatives aux séismes

Un meilleur accès aux informations relatives aux séismes

Le Service Sismologique Suisse (SED) a simplifié l’accès des spécialistes à ses données sismiques et à ses archives concernant les événements. Le portail de données en libre consultation arclink.ethz.ch a été repensé et optimisé. L’accès au réseau de stations et au catalogue de tremblements de terre est désormais interactif. De plus, il est possible de télécharger des informations sur les formes d’onde pour de longues périodes ou pour un séisme précis. Enfin, les services en ligne de l’International Federation of Digital Seismograph Networks (FDNS) sont eux aussi accessibles.

Vous trouverez ici des informations complémentaires.

26/02/2015

Die Stadt der Zukunft: bitte erdbebensicher!

Die Stadt der Zukunft: bitte erdbebensicher!

Die Bilder nach den Erdbeben in Haiti, Japan, L’Aquila oder Christchurch haben sich tief eingeprägt: zerstörte Häuser, chaotische Szenen, Verletzte und Tote. Erdbeben bleiben auch für die Städte der Zukunft eine tödliche Gefahr, aber wir sind ihnen nicht machtlos ausgeliefert.

Hier geht es zum ganzen Artikel im Zukunftsblog der ETH Zürich

04/02/2015

Interview avec un sismologue du SED sur les séismes près de Bienne

Interview avec un sismologue du SED sur les séismes près de Bienne

"En trois jours, la région de Bienne et du Jura bernois a tremblé cinq fois. Aujourd’hui encore à 12h21. L’événement n’est pas nouveau, mais attire toute l’attention du Service Sismologique Suisse qui n’exclut pas une catastrophe dans les années à venir. Le spécialiste Clotaire Michel évoque même la possibilité d’un tsunami dans l’un de nos lacs, même si, pour l’instant, les séismes qui touchent notre région ne sont, pour la plupart, qu’imperceptibles!"

Voici le reportage du canal alpha

03/02/2015

Quand se produira le prochain séisme majeur?

Quand se produira le prochain séisme majeur?

Pour la zone de subduction japonaise, la réponse est: «à tout moment». C’est ce que relatent des chercheurs du Service Sismologique Suisse (SED) dans leur article de la revue Nature Geoscience qui paraît aujourd’hui.

Leur analyse s’est concentrée sur la question suivante: en combien de temps une faille peut-elle être de nouveau le théâtre d’un tremblement de terre à l’issue d’un séisme majeur? Pour obtenir des réponses à cette question, Mme Thessa Tormann, chercheuse au SED, a analysé avec ses collègues du SED et de l’Université du Tsukuba, au Japon, les données issues d’environ un million de petits séismes en utilisant des méthodes statistiques. Tous ont été enregistrés dans la zone de subduction japonaise avant et après le séisme du Tōhoku de magnitude 9 survenu le 11 mars 2011. Les résultats de l’analyse effectuée montrent que l’état de tension se résorbe extrêmement rapidement, ce qui tend à prouver que la terre pourrait être prête pour un nouveau séisme majeur peu de temps après un tel mégaséisme. Heureusement, de tels séismes ne se produisent en moyenne qu’à plusieurs siècles d’intervalle, mais si les résultats des chercheurs du SED se confirment, cela signifie qu’il n’existe pas de période de sécurité après un séisme majeur.

Lire l’article «Randomness of megathrust earthquakes implied by rapid stress recovery after the Japan earthquake» (version intégrale de l’article réservée aux abonnés).

Le snapshot 8, «Les séismes dans la montagne de données», explique quelles informations supplémentaires on peut retirer des données fournies par les séismes.

 

02/02/2015

Trois séismes ressentis près de Bienne

Trois séismes ressentis près de Bienne

Depuis le 31 janvier 2015, plusieurs petits séismes se sont produits près de Bienne. Trois d’entre eux ont été ressentis par la population. Le tremblement de terre d’une magnitude de 3.1 qui s’est produit le 31 janvier à 22 h 54 a été ressenti le plus fortement: il a donné lieu à 300 observations en provenance de la population. Le séisme a été perçu nettement tout autour du lac de Bienne et dans le sud du Jura. Quelques personnes ont par ailleurs communiqué avoir ressenti le séisme du 31 janvier à 23 h 20 (M = 2.0) et celui du lundi 2 février à 5 h 05 (M = 2.6). Aucune n’a provoqué de dégâts.

 

Les derniers tremblements de terre ressentis près de Bienne, d’une magnitude de 2.7 et de 3.2, s’étaient produits le 8 janvier 2014. Les appareils de mesure du SED avaient enregistré plus de 25 répliques jusqu’au 30 janvier 2014. D’une magnitude comprise entre 0.6 et 2.2, elles étaient cependant trop faibles pour être ressenties par de nombreuses personnes. Ces nombreuses répliques de faible magnitude n’ont rien d’inhabituel dans la région de Bienne. Des séquences comparables se sont produites dans un passé récent dans les environs de Saint-Ursanne, de Soleure et de Fribourg. Aucune n’a provoqué de dégâts.

Cette année également, quelques répliques se sont déjà produites près de Bienne mais n’ont pas été perçues par la population. Les séquences de tremblements de terre de ce type disparaissent en général d’elles-mêmes. Dans de rares cas, elles forment un essaim de séismes à la durée de vie plus longue ou augmentent en intensité et en nombre au cours du temps. L’évolution d’un essaim de séismes est aussi peu prévisible que les tremblements de terre en général.

31/01/2015

Tremblement de terre près de Biel/Bienne (BE)

Tremblement de terre près de Biel/Bienne (BE)

Samedi 31 janvier 2015 à 22h54, un tremblement de terre s’est produit près de Biel/Bienne (BE). Avec une magnitude de 3.1 et une profondeur de 9.6 km, le tremblement de terre a été ressenti par de nobreuses personnes dans cette région. Aucun dégât n'est attendu pour un séisme de cette magnitude.

27/01/2015

Les séismes en Suisse en 2014: une rétrospective

Les séismes en Suisse en 2014: une rétrospective

Par rapport aux années précédentes, avec environ 950 tremblements de terre le nombre de séismes enregistrés a pratiquement doublé (2013 environ 600 séismes, 2012 environ 500 séismes). Cette hausse s’explique principalement par le fait que l’élargissement et la densification du réseau de mesure sismique au cours de ces dernières années permettent d’enregistrer plus de séismes de très faible magnitude. Par ailleurs, différentes séquences de séismes se sont produites en 2014 en Suisse qui ont contribué à augmenter le nombre de séismes enregistrés. Les magnitudes des événements enregistrés en 2014 étaient comprises entre -0.4 et 3.2 sur l’échelle de Richter. Le nombre de tremblements de terre d’une magnitude de 2.5 ou plus potentiellement perceptibles a été de 21, ce qui se rapproche de la moyenne de ces 39 dernières années (23 événements par an).

La séquence de séismes à Diemtigen (BE), à l’ouest du lac de Thoune, a été exceptionnelle. Entre avril et décembre 2014, plus de 260 événements y ont été enregistrés. Les trois tremblements de terre plus importants se sont produits le 10 mai (magnitude 2.7), le 25 juin (magnitude 2.7) et le 15 octobre (magnitude 3.2).

En plus des séismes plus puissants de la séquence de Diemtigen, la population a, en partie, nettement ressenti les deux tremblements de terre dans la région de Bienne du 8 janvier (magnitude 2.8 et 3.2), celui près de Volketswil (ZH) du 8 novembre (magnitude 2.8) ainsi que celui près de Walenstadt (SG) du 14 novembre (magnitude 3.1). Aucun tremblement de terre n’a été assez puissant pour provoquer des dégâts.

De façon générale, on constate que l’activité sismique était concentrée en 2014 comme les années précédentes sur le Valais et sur le canton des Grisons. La région entre le lac de Walen et le Liechtenstein, la Suisse centrale, le canton de Fribourg et le Jura ont également été des régions actives sur le plan sismique en 2014.

Communiqué de presse "Les séismes en Suisse en 2014: une rétrospective"

20/01/2015

On vous demande votre avis!

On vous demande votre avis!

Vous êtes l’une des 60’000 personnes qui visitent notre site web chaque mois et donc une experte ou un expert pour répondre aux questions suivantes : comment trouvez vous notre site, vous plaît-il? Peu importe si vous avez ouvert notre page pour la première fois ou si vous la visitez régulièrement.

Vos réponses anonymes serviront de base pour optimiser notre site en ce qui concerne son contenu et son design. Nous serions heureux que vous puissiez prendre cinq minutes de votre temps pour répondre au questionnaire et sommes déjà impatients du résultat.