MENU
Le contenu de la page commence ici

Sierre 1946

Qu’est-ce qui s’est passé à Sierre en 1946 ?

Vendredi soir, 25 janvier 1946 : la nuit était déjà tombée sur Sierre enneigée. À 18h32, le sol a été secoué pendant quelques secondes. Les habitants se sont rués dehors, cheminées et tuiles sont tombées des toits et les rues ont été parsemées de décombres. Une panne d'électricité a laissé la ville dans l'obscurité totale pendant dix minutes. Les lignes téléphoniques ont été immédiatement saturées. Des conditions chaotiques dans une incertitude totale ont régné pendant quelques heures.

Ce n'est que le lendemain que les conséquences du tremblement de terre, d'une magnitude de 5,8, sont apparues au grand jour : 3 morts, 3500 bâtiments fortement endommagés. En francs constants, le montant des dommages s'élèverait aujourd'hui à 26 millions de CHF.

Qu’arriverait-il aujourd’hui dans la vallée du Rhône, si un séisme comparable survenait ?

En raison de la densité plus importante des constructions, les conséquences d'un tremblement de terre de même force seraient aujourd'hui bien plus importantes.

Contrairement à 1946, le fond de la vallée du Rhône est désormais densément peuplé, et accueille d'importantes installations industrielles. De plus, le sous-sol est défavorable aux constructions à cause des effets de site. L’amplitude des ondes sismiques peut être dix fois plus grande dans les sédiments non consolidés. Autrement dit, les secousses sont ici bien plus importantes que sur sol rocheux, ce qui peut entraîner des dégâts plus lourds aux bâtiments, jusqu‘à l’effondrement. Comme de nombreux bâtiments ne résisteraient probablement pas à un fort séisme dans ces conditions, on attendrait beaucoup plus de victimes qu'en 1946.