MENU
Le contenu de la page commence ici

Service Sismologique Suisse (SED)

Le Service Sismologique Suisse (SED) à l'ETH de Zurich est l’institution fédérale compétente en matière de tremblements de terre. Ses activités sont intégrées dans le programme de mesures pour la mitigation des séismes de la Confédération.

Séismes ressentis en Suisse

Heure locale
Mag.
Localité
Ressenti?
2019-11-12 15:36 2.7 Sanetschpass VS Légèrement ressenti
2019-11-11 20:35 2.7 Sanetschpass VS Ressenti
2019-11-11 11:52 5.3 FRANCE Largement ressenti
2019-11-08 04:08 2.2 Sanetschpass VS Légèrement ressenti
2019-11-07 19:35 3.2 Sanetschpass VS Ressenti
2019-11-06 05:02 2.6 Zermatt VS Légèrement ressenti
2019-11-05 21:10 2.5 Sanetschpass VS Légèrement ressenti
2019-11-05 21:06 2.7 Sanetschpass VS Légèrement ressenti
2019-11-05 20:52 2.8 Sanetschpass VS Ressenti
2019-11-05 20:51 3.2 Sanetschpass VS Largement ressenti

Séismes récents

Heure locale
Magnitude
Localité
2019-11-15 10:02 1.0 Lenk im Simmental BE
2019-11-15 04:46 0.2 Verbier VS
2019-11-14 13:30 1.4 Arolla VS
2019-11-14 09:56 0.9 Sanetschpass VS

Compteur de séismes Suisse

depuis
01.01.2019 
000

Séismes récents magnitude 4.5 ou supérieure

Heure UTC
Magnitude
Localité
2019-11-15 07:50:01 4.5 Albania
2019-11-11 10:52:44 5.3 FRANCE
2019-11-11 00:58:41 4.5 Armenia-Azerbaijan-Iran
2019-11-10 02:13:46 4.8 NORTHWESTERN IRAN
2019-11-08 13:51:47 4.7 Northwestern Iran
2019-11-07 22:47:06 5.7 NORTHWESTERN IRAN
2019-11-02 14:11:34 4.7 Northwestern Balkan Peninsula
2019-11-01 10:17:05 4.8 Turkey
2019-11-01 08:20:57 4.5 Western Iran
2019-11-01 05:25:45 4.7 Greece-Albania border region
2019-10-29 14:36:16 4.9 Greenland Sea
2019-10-29 13:01:52 4.5 Crete, Greece
2019-10-28 14:13:04 4.6 Western Iran

Séismes récents magnitude 6 ou supérieure

Heure UTC
Magnitude
Localité
2019-11-14 21:12:54 6.0 Northern Molucca Sea
2019-11-14 16:17:40 7.1 Northern Molucca Sea
2019-11-11 23:03:28 6.1 Tonga Islands
2019-11-08 10:44:44 6.5 Fiji Islands region
2019-11-06 00:39:09 6.0 Vanuatu Islands
2019-11-05 23:17:25 6.0 Vanuatu Islands
2019-11-05 20:52:01 6.3 East of South Sandwich Islands
2019-11-04 22:43:32 6.6 Tonga Islands
ACTUALITÉS

08/11/2019

Essaim sismique au nord de Sion: évolution de la situation et causes

Ce sont maintenant plus de 200 séismes qui se sont produits au nord de Sion depuis la nuit du 4 au 5 novembre 2019. 14 d’entre eux ont été ressentis par la population. Les deux secousses les plus fortes jusqu’ici avaient une magnitude de 3.3. Bien que deux autres séismes aient été ressentis dans la soirée du 7 novembre, l’essaim a un peu perdu de son intensité. Comparé à la phase initiale, il se produit maintenant moins de secousses et elles sont en moyenne plus faibles. L’évolution future reste incertaine. En général, l’activité d’un tel essaim s’estompe au fil des jours ou des semaines. Rarement, un tremblement de terre plus fort se produit. La probabilité d’un séisme de magnitude 4 ou plus dans la semaine qui vient s’élève actuellement pour cet essaim à environ deux à cinq pourcent.

Essaim sismique dans une zone de faille connue

L’essaim se trouve dans une zone très active sismiquement qui, au nord de Sion, s’étend des Diablerets au Wildhorn. La figure montre clairement que dans le passé l’activité sismique se concentrait déjà dans cette zone. Les cercles gris montrent les séismes enregistrés instrumentalement depuis 1984. L’essaim actuel, symbolisé par les cercles rouges, est situé au centre de cette zone d’activité. A proximité, se trouvent les épicentres de quelques forts séismes historiques (étoiles bleues). L’essaim sismique de novembre 2019 est donc localisé dans une zone connue historiquement pour son activité sismique et dans laquelle il faut aussi compter à l’avenir avec de nombreuses petites secousses et sporadiquement quelques unes plus fortes. L’évolution sismique précise de cette zone est cependant impossible à prévoir.

Pourquoi la terre tremble-t-elle dans cette zone?

Comparé à d’autres régions de la Suisse, le Valais est caractérisé par une déformation plus élevée du sous-sol. Celle-ci s’exprime aussi bien au travers d’un soulèvement vertical que d’une déformation horizontale et est en relation avec les processus de formation des Alpes. D’un point de vue géologique, la zone de faille Rhône-Simplon représente une des structures tectoniques majeures de la région. Elle s’étend, à la hauteur de Sion, à la limite nord de la vallée du Rhône. La sismicité dans les nappes helvétiques au nord de la vallée du Rhône est probablement à mettre en relation avec des processus de déformation le long de la zone de faille Rhône-Simplon, mais éventuellement aussi avec les processus plus profonds de soulèvement dans la zone des massifs de l’Aar et de ceux des Aiguilles-Rouges et du Mont Blanc. Des travaux en cours au SED cherchent précisément à mieux comprendre ces processus tectoniques et leurs implications sur la sismicité présente.

Quel rôle les soubassements tectoniques des nappes helvétiques et penniques jouent-ils?

Dans la région de Sion, la zone de faille Rhône-Simplon s’étend à la limite entre les nappes helvétiques et les nappes penniques. Les deux unités tectoniques possèdent des mécanismes de déformation très différents, ce qui implique des régimes tectoniques de contraintes différents. La structure sismiquement active au nord de la vallée du Rhône, qui contient l’essaim de ces derniers jours, a probablement, selon les premières analyses, sa racine dans le socle cristallin mais s’étend jusque dans les sédiments sus-jacents des nappes helvétiques. Les résultats encore provisoires de l’analyse des données sismiques montre que l’essaim est situé à l’interface entre socle cristallin et sédiments, à une profondeur de 4 à 5 km.

Comment les différents systèmes de faille sont-ils distribués?

Dans la carte, les différents systèmes de faille sont marqués en brun, en rouge et en orange. Dans les nappes helvétiques de la région du Sanetsch, géologiquement des systèmes de faille sont cartographiés avec trois types d’orientations. La relation entre les failles cartographiées en surface et les séismes de ces derniers jours en profondeur, n’est cependant pas claire. Des premiers résultats sur la géométrie des failles actives dans l’essaim sismique montrent en partie des orientations semblables à celles des failles de surface (en particulier les failles orientées vers le WNW/W et le WSW semblent actives, cf. légende). Le lien entre failles cartographiées géologiquement et séismes récents fait également l’objet de projets de recherche en cours au SED. C’est grâce à la haute densité du réseau de stations sismiques dans la région et à de nouvelles méthodes d’analyse que l’on peut caractériser si finement les systèmes de faille de l’essaim.

06/11/2019

Accalmie dans l’activité sismique au nord de Sion (VS)

Plus de 150 séismes de magnitude allant de 0.1 à 3.3 se sont produits depuis le 4 novembre 2019 au nord de Sion. Douze d’entre eux ont été perçus en partie fortement par la population, comme le montrent les quelques 1’500 témoignages de ressentis qui nous sont parvenus. L’activité de l’essaim de séismes a nettement perdu de son intensité à partir de la matinée du 6 novembre. On observe une baisse tant au niveau du nombre des séismes qu’au niveau de leur magnitude. Il est cependant impossible de dire s’il s’agit d’une accalmie provisoire ou si on assiste vraiment au lent déclin de l’activité de cet essaim. Le SED continue d’observer l’évolution de la sismicité et reste en contact avec les autorités cantonales du Valais et avec les offices fédéraux compétents.

Le réseau de stations du SED est très dense dans la zone de l’épicentre et permet déjà de détecter de manière fiable de très faibles secousses. Il n’est donc pas nécessaire dans ce cas de densifier le réseau avec des stations mobiles supplémentaires. Les sismologues du SED sont fort occupé(e)s avec le dépouillement manuel et l’interprétation scientifique des tremblements de terre enregistrés jusqu’ici. L’analyse détaillée prendra encore quelques jours, eu égard au grand nombre de séismes. Le SED continuera de publier régulièrement ici des informations et explications sur les dernières secousses.

Malgré que l’activité sismique ait fortement diminué ces douze dernières heures, on ne peut prévoir  quel développement nous attend. Il est ainsi toujours possible, même si de moins en moins probable, que d’autres séismes encore plus forts se produisent.

06/11/2019

Essaim de séismes toujours actif an nord de Sion (VS)

Essaim de séismes toujours actif an nord de Sion (VS)

[Mise à jour du 6 novembre 2019, 07:30 h]

Depuis la nuit du 4 au 5 novembre 2019, un essaim particulièrement actif de séismes se manifeste au nord de Savièse. Jusqu’au petit matin du 6 novembre 2019, le réseau de stations sismiques du Service Sismologique Suisse à l’ETH de Zurich (SED) a enregistré plus de 100 tremblements de terre. 12 de ces secousses avaient une magnitude de 2.5 ou plus et ont été ressenties par la population, en particulier entre Sion et Sierre. Les quatre secousses les plus fortes, de magnitude entre 3.0 et 3.3, ont été perçues jusque dans l’Oberland bernois. En tout, ce sont plusieurs centaines de témoignages de ressenti qui sont parvenus sur la page web du SED.

Une telle concentration est plutôt inhabituelle en Suisse. Certes on note régulièrement des essaims de séismes avec de nombreuses secousses en l’espace de quelques jours ou quelques semaines, une activité qui diminue avec le temps, mais il est rare d’observer une telle concentration, spatiale et temporelle, de séismes ressentis. Malheureusement, cette observation ne permet pas de faire un pronostic sur l’évolution à venir. Typiquement, l’activité sismique s’estompe au bout de quelques jours, éventuellement quelques semaines. Cependant il faut compter avec une probabilité de 5 à 10 % que des séismes sensiblement plus forts se produisent dans les jours à venir.

Le Valais est la région de Suisse la plus active sismiquement. Les tremblements de terre ces derniers jours se sont produits sur une zone de faille bien connue qui s’étire parallèlement à la vallée du Rhône au sud des Diablerets et du Wildhorn. Le dernier séisme qui y a été ressenti l’a été le 14 janvier 2018. Des secousses plus faibles, non ressenties, s’y produisent quasiment chaque semaine. Le dernier séisme majeur ayant entraîné des dégâts en Suisse s’y est également produit. C’était le 25 janvier 1946. Le séisme de magnitude de 5.8 y avait entraîné des dégâts dans une zone assez étendue.

23/10/2019

Vingt années de surveillance de l’interdiction complète des essais nucléaires

Vingt années de surveillance de l’interdiction complète des essais nucléaires

Le 24 septembre 1996, les 71 premiers États ont signé le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires aux Nations Unies à New York. Ils ont ainsi confirmé renoncer dorénavant aux essais d’explosions nucléaires. Non seulement la Suisse figurait parmi les premiers signataires mais le siège des Nations Unies de Genève a aussi servi de plaque tournante pour les négociations préliminaires. En 1999, il y a précisément vingt ans, le Parlement suisse a ratifié le traité, le transposant ainsi dans le droit en vigueur. Jusqu’à présent, près de 200 États ont adhéré à l’« Organisation du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (OTICE) ». 168 ont déjà ratifié le traité. Pour que le traité puisse entrer en vigueur, une ratification par huit États supplémentaires serait nécessaire. Ils font partie du groupe des 44 États ayant des réacteurs nucléaires en service selon les indications de l’Agence internationale de l'énergie atomique de 1996.

L’OTICE est une organisation internationale dont le siège est sis à Vienne. Elle surveille le respect du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires. La conviction que le traité pourrait faire l’objet d'une surveillance fiable a joué un rôle décisif dans sa concrétisation. Lors de la Conférence de Genève sur le désarmement des Nations Unies, des diplomates et des scientifiques ont discuté intensivement sur les modalités de conception d’un tel système de surveillance. Ils ont convenu d’un réseau de stations très sensibles de mesures sismiques, hydroacoustiques, par ultrasons et de détection de radionucléides réparties dans le monde entier et connectées à un centre de données commun. En collaboration avec les États membres, l’OTICE a reçu pour mandat de mettre en place ce système de surveillance et de l’exploiter avant l’entrée en vigueur du traité.

La station sismique «DAVOX» fait partie de ce réseau de surveillance. Elle est exploitée par le Service Sismologique Suisse (SED) de l’ETH Zurich sur mandat du Département fédéral de l’intérieur et du Département des affaires étrangères. La station est installée à proximité de Davos sur un site éloigné et calme sur le plan de l'activité sismique. En cas de soupçon de violation du traité, le SED communique immédiatement à l’OTICE les données enregistrées par la station. DAVOX a enregistré les six essais d’armes nucléaires présumés de la Corée du nord avec le dernier en date remontant à 2017. Il a fallu environ 12 minutes pour que les signaux des explosions de la Corée du Nord atteignent la station de DAVOX sous la forme d'ondes sismiques. Pour faire la distinction entre un essai nucléaire et une explosion conventionnelle, on a cependant besoin des autres composants du système de surveillance, en particulier des stations de détection de radionucléides. Outre la surveillance sismique, le SED participe activement à des groupes de travail de l’OTICE réglementant l’échange de données, les développements techniques ou des aspects du contrôle de la qualité.

À l’occasion du vingtième anniversaire de la ratification du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires par la Suisse et pour renforcer la prise de conscience de l’OTICE et de son rôle important pour la sécurité mondiale, Lassina Zerbo, secrétaire exécutif de l’organisation, se rendra en Suisse. Le 4 novembre 2019, il interviendra à l’Audimax de l’ETH Zurich sur le thème «Science meets Diplomacy and World Security - the case of the Comprehensive Nuclear-Test-Ban Treaty». La manifestation publique commencera à 17h30. La participation est gratuite. Veuillez-vous enregistrer ici.

Une petite exposition consacrée à l’OTICE et à la contribution suisse à la surveillance de l’interdiction complète des essais nucléaires sera présentée au musée focusTerra du 20 octobre au 5 novembre.

THÈMES

Séismes

Au secours, la terre tremble !

Au secours, la terre tremble !

Les séismes ne peuvent être évités. Cependant il est possible de limiter les dommages éventuels par des moyens relativement simples. Informez-vous du comportement à adopter, pendant et après un fort tremblement de terre.

En savoir plus

Savoir

La Suisse des tremblements de terre

La Suisse des tremblements de terre

En Suisse, il se produit entre 1'000 et 1'500 séismes par an. La population ne ressent effectivement que 10 à 20 séismes par an. Ces derniers présentent en général des magnitudes de 2.5 ou plus. En moyenne à long terme, on observe chaque année 23 séismes d’une magnitude égale ou supérieure à 2.5. Voulez-vous en savoir plus sur les dangers naturels présentant le plus grand potentiel de dommages en Suisse ?

En savoir plus

Alertes

Bien informé en continu

Bien informé en continu

Vous désirez être en permanence au courant ? Vous trouverez ici une vue d'ensemble de l'offre d'informations du Service Sismologique Suisse (SED).

En savoir plus

Savoir

Aléa sismique

Aléa sismique

Les séismes sont en Suisse le danger naturel pouvant provoquer le plus de dommages. Jusqu’à présent, il est impossible de les prédire de façon fiable et de les éviter. Grâce à des recherches intensives cependant, on connaît désormais la fréquence et l’intensité à laquelle la terre pourrait trembler à l’avenir à des endroits précis. Différentes cartes vous permettent de découvrir, par le biais de notre outil en ligne interactif, la probabilité de certains tremblements de terre en Suisse.

En savoir plus

Recherche et enseignement

Domaines de recherche

Domaines de recherche

On nous demande souvent ce que font les collaborateurs du SED lorsque la terre ne tremble pas. La réponse est simple : ils se consacrent à la recherche. On peut souligner différents domaines de recherche, qui décrivent succinctement les activités scientifiques centrales du SED.

En savoir plus

Qui sommes nous

Service Sismologique Suisse (SED)

Service Sismologique Suisse (SED)

Le Service Sismologique Suisse (SED) à l'ETH de Zurich est l’institution fédérale compétente en matière de tremblements de terre. Le SED est responsable de l’observation et de l’étude des tremblements de terre en Suisse et dans les régions limitrophes. En cas de tremblement de terre, le SED informe le public, les autorités et les médias sur la localisation, la magnitude et les effets possibles. Les activités du SED sont intégrées dans le programme de mesures pour la mitigation des séismes de la Confédération.

En savoir plus

Séismes

Surveillance des séismes

Surveillance des séismes

10 à 20 fois par an, on perçoit, on entend ou on lit que des séismes se produisent en Suisse. La plupart des tremblements de terre enregistrés par le Service Sismologique ne sont cependant pas ressentis par la population. Ils se situent sous la limite de perception et ne peuvent être détectés que par des instruments de mesure sensibles. Le Service Sismologique suisse exploite un réseau de stations de mesure avec plus de 200 stations sismiques réparties sur tout le territoire national.

En savoir plus

Recherche et enseignement

Produits et logiciels

Produits et logiciels

Vous pouvez accéder aux données sismiques et à différents logiciels dans la rubrique Produits.

En savoir plus