MENU
Le contenu de la page commence ici

Service Sismologique Suisse (SED)

Le Service Sismologique Suisse (SED) à l'ETH de Zurich est l’institution fédérale compétente en matière de tremblements de terre. Ses activités sont intégrées dans le programme de mesures pour la mitigation des séismes de la Confédération.

Séismes récents en Suisse

Séismes ressentis en Suisse

Heure locale
Mag.
Localité
Ressenti?
2021-03-21 18:37 3.7 Albstadt D Légèrement ressenti
2021-03-15 14:27 3.2 Bern Largement ressenti

Séismes récents

Heure locale
Magnitude
Localité
2021-04-13 06:18 0.9 Muellheim D
2021-04-13 03:50 2.0 Domodossola I
2021-04-12 02:15 0.7 Porrentruy JU
2021-04-10 01:50 1.6 Sion VS

Compteur de séismes Suisse

depuis
01.01.2021 
000

Earthquake Map of Europe, last 90 days, Mag. 4.5+

Séismes récents magnitude 4.5 ou supérieure

Heure UTC
Magnitude
Localité
2021-04-13 20:28:04 5.1 DODECANESE IS.-TURKEY BORDER REG
2021-04-10 22:53:58 4.5 GREECE
2021-04-08 00:33:47 4.5 DODECANESE IS.-TURKEY BORDER REG
2021-04-06 15:12:25 5.3 IRAN-IRAQ BORDER REGION
2021-04-06 08:54:21 4.6 Northwestern Balkan Peninsula
2021-04-03 06:10:14 4.8 Central Mediterranean Sea
2021-04-01 14:33:33 4.8 Northern Algeria
2021-04-01 12:33:40 4.7 Dodecanese Islands, Greece
2021-04-01 12:33:18 4.7 EASTERN MEDITERRANEAN SEA
2021-03-30 16:25:01 4.7 Austria
2021-03-30 07:35:47 4.5 ADRIATIC SEA
2021-03-27 13:47:55 5.4 ADRIATIC SEA
2021-03-27 13:47:51 5.6 Adriatico Centrale (MARE)

Earthquake Map of the world, last 90 days, Mag. >= 5.5

Séismes récents magnitude 6 ou supérieure

Heure UTC
Magnitude
Localité
2021-04-10 11:38:32 6.0 Near north coast of New Guinea, Papua New Guinea
2021-04-10 09:30:44 6.1 Celebes Sea
2021-04-10 07:00:17 6.0 Jawa, Indonesia
2021-04-07 09:53:28 6.0 Kermadec Islands region
2021-04-05 07:37:50 6.0 Off east coast of North Island, New Zealand
2021-04-03 01:16:39 6.6 East of South Sandwich Islands
2021-04-01 15:11:18 6.0 Fiji Islands region
2021-04-01 09:56:37 6.5 Kermadec Islands, New Zealand
ACTUALITÉS

06/04/2021

Après les tempêtes: InSight détecte de grands séismes martiens

Après les tempêtes: InSight détecte de grands séismes martiens

La mission InSight de la NASA a détecté deux grands tremblements de terre martiens avec l’arrivée de l’été, quand les vents se calment et que la poussière retombe. Aujourd'hui, après une année martienne (687 jours terrestres), le Marsquake Service dirigé par l'ETH Zurich et assuré par le groupe Sismologie et Géodynamique et le Service Sismologique Suisse est plus rapide que jamais pour caractériser l'activité sismique sur la planète rouge.

Après plusieurs mois de vents et de tempêtes de sable, l'atmosphère de Mars se calme et le sismomètre de l’atterrisseur InSight a commencé à enregistrer des tremblements de terre martiens importants. Début mars, deux séismes d'une magnitude de 3.3 et 3.1 ont été observés. Dans les 12 heures qui ont suivi l'arrivée des données sur Terre, les chercheurs du Marsquake Service de l'ETH de Zurich ont déterminé la localisation, la magnitude et même le mécanisme focal pour l’un d’entre eux. Ce résultat rapide démontre que toute la chaîne d'enregistrement, de transmission et d'analyse des données mise en place par la mission InSight fonctionne efficacement et rapidement. Ces événements d’amplitude modérée, enregistrés à plus de 1200 km de distance et par une seule station (qui ne seraient même pas observés par une station similaire sur Terre), suffisent à confirmer les dernières interprétations géologiques de la structure interne et de la tectonique de surface de la planète rouge acquise au cours de l'année passée sur Mars.

Depuis le début de la mission InSight sur Mars le 26 novembre 2018, plus de 500 tremblements de terre martiens ont été enregistrés. Avec des magnitudes comprises entre 1 et 4, il s'agit de petits événements comparés aux séismes terrestres. Seuls quelques-uns d’entre eux ont pu être localisés de manière fiable, en déterminant à la fois la direction et la distance par rapport au sismomètre. Les tremblements de terre martiens plus importants récemment détectés sont situés dans Cerberus Fossae, un ensemble allongé de grabens situé à environ 1200 km d'Elysium Planitia, où InSight a atterri. Leur mécanisme d'extension coïncide avec la configuration tectonique régionale, ce qui montre que la croûte martienne subit toujours une déformation active.

Dans le cadre de la mission InSight, les données enregistrées sur Mars sont relayées vers la Terre par des transmissions régulières, souvent plusieurs fois par jour, par le biais du réseau d’espace lointain (Deep Space Network) de la NASA. Elles sont rapidement compilées et leur qualité est contrôlée par le Jet-Propulsion Laboratory (JPL) américain et le Centre national d'études spatiales (CNES) français avant leur transmission au Marsquake Service situé à l'ETH Zurich en Suisse. Le Marsquake Service est responsable de la première analyse des données martiennes, dans le but d'identifier les séismes martiens et d’en publier des catalogues périodiques qui constituent le point de départ d'autres recherches scientifiques. Il s'agit d'une opération de service au sol menée en collaboration avec des sismologues en service de l'ETH Zurich, de l'Institut de physique du globe de Paris (IPGP), de l'Université de Bristol et de l'Imperial College à Londres. Au début de la mission, les données enregistrées sur Mars étaient pleines de surprises et difficiles à déchiffrer. Après une année complète de traitement des données sismiques martiennes, le Marsquake Service est désormais capable de caractériser entièrement les signaux quelques heures seulement après leur enregistrement sur Mars. Cette performance est comparable à celle obtenue par les réseaux sismiques modernes sur Terre.

Consciente de la réussite d'InSight, la NASA a approuvé la prolongation de la mission pour une deuxième année sur Mars. Malheureusement, la poussière rouge observable sur toutes les photos de Mars s'accumule sur les panneaux solaires d'InSight, réduisant leur production d'énergie et suscitant des inquiétudes quant au fonctionnement à long terme de la mission.

De plus amples informations sur la mission InSight de la NASA sont disponibles sur les sites www.insight.ethz.ch et www.mars.nasa.gov/insight/.

Accédez au communiqué de presse commun sur le récent tremblement de terre martien.

19/03/2021

MLhc : une magnitude locale révisée pour la Suisse

L’une des façons les plus courantes de caractériser un séisme est sa magnitude, quantifiant l’énergie qu’il libère, c’est-à-dire sa force. Plus la magnitude d’un tremblement de terre est importante, plus grande est la probabilité de ressentir la secousse. Il existe différents types de magnitudes : par exemple, la magnitude locale (ML, l’échelle de Richter, pour les séismes enregistrés à proximité), la magnitude d’ondes de volume (mb, pour les séismes à grande distance), la magnitude d’ondes de surface (MS, également pour les grandes distances) ou la magnitude de moment (MW, pour tous les types de séismes). Ces différentes échelles ont été élaborées et modifiées au cours du siècle dernier, reflétant principalement l’amélioration de notre capacité à surveiller les séismes de forces variées à plus ou moins grande distance.

Tous les types de magnitudes peuvent être calculés directement à partir des signaux enregistrés par les stations sismiques. Afin de mieux caractériser les séismes en Suisse, le Service Sismologique Suisse de l’ETH Zurich (SED) a récemment introduit une magnitude locale révisée (MLhc). MLhc garantit la cohérence du calcul de routine des magnitudes locales en Suisse avec l’état de l’art de la recherche en techniques sismologiques au SED, et permet une utilisation optimale du réseau sismique national suisse à haute densité. Qu'est-ce que cela signifie exactement et en quoi le MLhc diffère-t-elle de la magnitude locale employée jusqu’ici ?

Les tremblements de terre sont généralement caractérisés par la magnitude locale (ML), définie à l’origine par Charles Richter en Californie en 1935. On constate souvent que ML dépend de la région concernée. En 1984, Urs Kradolfer, à l’époque scientifique du SED, a calibré ML pour les tremblements de terre en Suisse. Ses calculs étaient basés sur les enregistrements du réseau sismique national suisse, qui comptait à l’époque 23 stations relevant uniquement les mouvements verticaux du sol. Au début du siècle, le modèle de Kradolfer a été modifié pour tirer parti de la nouvelle génération d’instruments numériques large bande à trois composantes de la structure sismique nationale suisse améliorée, notamment en utilisant les enregistrements des mouvements horizontaux du sol (MLh).

Au cours des 20 dernières années, le réseau sismique national suisse s’est considérablement développé et comprend désormais plus de 200 stations, dont une bonne centaine d’accéléromètres de haute qualité. Le SED enregistre maintenant régulièrement des tremblements de terre à des distances très proches (15 à 20 km) de leur foyer dans le sol (hypocentre), souvent avec des MLh bien inférieures à 2. Des distances aussi réduites et des magnitudes aussi faibles sont en dehors de la plage d’étalonnage du modèle de Kradolfer. Une autre limite de MLh est que les facteurs de correction pour les stations dus aux conditions locales du sol ne sont pas systématiquement utilisés. Or, c’est un aspect crucial, en particulier pour les stations accélérométriques, installées en majorité sur des sites urbains souvent caractérisés par une amplification importante des mouvements du sol. Lors de l’utilisation de MLh, les sismologues devaient rejeter les magnitudes de stations trop proches du séisme ou présentant de fortes amplifications de site. Pour faire face à ces inconvénients, le SED a récemment migré vers une magnitude locale révisée « MLhc », le « c » signifiant « corrigé ».

En résumé, par conception, MLhc a été étalonnée pour fournir des magnitudes aussi similaires que possible à MLh, mais avec deux améliorations considérables qui permettent aux sismologues d’utiliser les informations collectées de toutes les stations du réseau et d'indiquer des magnitudes plus stables, en particulier pour les petits séismes :

  • Tout d’abord, elle est étalonnée à l’aide d’un jeu de données beaucoup plus important, comprenant de nombreux enregistrements très proches de l’hypocentre. Par conséquent, MLhc permet d’inclure des stations à des distances inférieures à 20 km de celui-ci.
  • Deuxièmement, la procédure de calcul de MLhc tient compte des facteurs locaux d’amplification basés sur la physique qui sont régulièrement calculés et mis à jour par le SED, ce qui permet d’utiliser toutes les stations indépendamment des effets de site.

Alors que dans ses communications courantes, le SED utilise par souci de simplification uniquement le terme « magnitude », les informations détaillées fournies sur le site web du SED précisent toujours le type de magnitude du séisme.

Pour plus d’informations sur les différents types de magnitudes, cliquez ici.

15/03/2021

Tremblement de terre près de Berne

Le lundi 15 mars 2021, un tremblement de terre de magnitude 3.2 s'est produit à 14:27 (heure locale) au sud de Berne, à une profondeur d’environ 5 km.

La secousse a été bien ressentie dans l’agglomération bernoise. Dans l’heure qui a suivi la secousse, le Service Sismologique Suisse à l’ETH de Zurich a reçu plus de 700 témoignages de ressenti de la population. Il ne faut pas s’attendre à de dégâts pour un séisme de cette magnitude.

Le dernier séisme ressenti par la population dans cette région l’avait été le 3 février 2021, son épicentre était localisé 10 km au nord de celui du 15 mars 2021. Tout près de l’épicentre de celui-ci, un tremblement de terre ressenti s’était produit le 6 juin 2015 avec une magnitude de 2.6. Par ailleurs, une possible connexion avec un alignement de tremblements de terre orienté nord-sud, au sud de Berne, est actuellement analysée.

07/02/2021

Tremblement de terre près de Cornaux (NE)

Le dimanche 7 février 2021, un tremblement de terre de magnitude 2.9 s'est produit à 10:37 (heure locale) au nord de Cornaux, à très faible profondeur.

La secousse a été bien ressentie dans un rayon de 5 km autour de l’épicentre, en particulier à Cornaux, Cressier et Marin-Epagnier. La très faible profondeur de l’événement explique qu’il ait été nettement ressenti à proximité mais qu’aucun témoignage ne nous soit parvenu de distances supérieures à 6 km. Il ne faut pas s’attendre à de dégâts pour un séisme de cette magnitude.

Le dernier séisme ressenti par la population dans cette région l’avait été le 3 février 2003, son épicentre était localisé 3 km au sud-ouest de celui d’aujourd’hui.

 

THÈMES

Séismes

Au secours, la terre tremble !

Au secours, la terre tremble !

Les séismes ne peuvent être évités. Cependant il est possible de limiter les dommages éventuels par des moyens relativement simples. Informez-vous du comportement à adopter, pendant et après un fort tremblement de terre.

En savoir plus

Savoir

La Suisse des tremblements de terre

La Suisse des tremblements de terre

En Suisse, il se produit entre 1'000 et 1'500 séismes par an. La population ne ressent effectivement que 10 à 20 séismes par an. Ces derniers présentent en général des magnitudes de 2.5 ou plus. En moyenne à long terme, on observe chaque année 23 séismes d’une magnitude égale ou supérieure à 2.5. Voulez-vous en savoir plus sur les dangers naturels présentant le plus grand potentiel de dommages en Suisse ?

En savoir plus

Alertes

Bien informé en continu

Bien informé en continu

Vous désirez être en permanence au courant ? Vous trouverez ici une vue d'ensemble de l'offre d'informations du Service Sismologique Suisse (SED).

En savoir plus

Savoir

Aléa sismique

Aléa sismique

Les séismes sont en Suisse le danger naturel pouvant provoquer le plus de dommages. Jusqu’à présent, il est impossible de les prédire de façon fiable et de les éviter. Grâce à des recherches intensives cependant, on connaît désormais la fréquence et l’intensité à laquelle la terre pourrait trembler à l’avenir à des endroits précis. Différentes cartes vous permettent de découvrir, par le biais de notre outil en ligne interactif, la probabilité de certains tremblements de terre en Suisse.

En savoir plus

Recherche et enseignement

Domaines de recherche

Domaines de recherche

On nous demande souvent ce que font les collaborateurs du SED lorsque la terre ne tremble pas. La réponse est simple : ils se consacrent à la recherche. On peut souligner différents domaines de recherche, qui décrivent succinctement les activités scientifiques centrales du SED.

En savoir plus

Qui sommes nous

Service Sismologique Suisse (SED)

Service Sismologique Suisse (SED)

Le Service Sismologique Suisse (SED) à l'ETH de Zurich est l’institution fédérale compétente en matière de tremblements de terre. Le SED est responsable de l’observation et de l’étude des tremblements de terre en Suisse et dans les régions limitrophes. En cas de tremblement de terre, le SED informe le public, les autorités et les médias sur la localisation, la magnitude et les effets possibles. Les activités du SED sont intégrées dans le programme de mesures pour la mitigation des séismes de la Confédération.

En savoir plus

Séismes

Surveillance des séismes

Surveillance des séismes

10 à 20 fois par an, on perçoit, on entend ou on lit que des séismes se produisent en Suisse. La plupart des tremblements de terre enregistrés par le Service Sismologique ne sont cependant pas ressentis par la population. Ils se situent sous la limite de perception et ne peuvent être détectés que par des instruments de mesure sensibles. Le Service Sismologique suisse exploite un réseau de stations de mesure avec plus de 200 stations sismiques réparties sur tout le territoire national.

En savoir plus

Recherche et enseignement

Produits et logiciels

Produits et logiciels

Vous pouvez accéder aux données sismiques et à différents logiciels dans la rubrique Produits.

En savoir plus