MENU
Le contenu de la page commence ici

Utilisation du questionnaire

À côté des enregistrements instrumentaux des ondes sismiques, les notifications et descriptions de tremblements de terre par la population sont la source d’information la plus importante concernant les secousses ressenties en Suisse. Des informations les plus détaillées possible sur un séisme que vous avez ressenti et sur ses conséquences sont aussi importantes que la notification que vous n’avez pas ressenti un séisme.

Vers le questionnaire

Felt Reports

Ce qu’on appelle l’analyse macrosismique, basée principalement sur les observations de la population et sur des études de terrain, était jusqu’à l’invention du sismographe le seul moyen de décrire systématiquement les séismes. Mais par la suite également, les informations sur la manière dont les tremblements de terre ont été ressentis (ou non ressentis) sont restées précieuses, et aujourd’hui encore. Ces données permettent de déterminer l’intensité macrosismique qui est une mesure pour les impacts d’un tremblement de terre en surface, dans une localité ou un quartier. La précision de l’analyse macrosismique et de l’évaluation d’intensité consécutive dépend surtout de la qualité des observations. Un compte-rendu doit comprendre des indications sur les dommages aux bâtiments et aux objets, mais aussi des observations subjectives.

La saisie et l’analyse partiellement automatique des observations transmises au Service Sismologique Suisse (SED) par la population via un formulaire en ligne ou sur papier ont les objectifs suivants :

  • L’évaluation rapide des effets et de l’ampleur des dommages d’un tremblement de terre
  • L’étalonnage des paramètres de tremblements de terre estimés des séismes historiques étudiés par approche macrosismique
  • La détermination des paramètres macrosismiques et la documentation du tremblement de terre
  • La caractérisation des effets locaux contribuant à la microzonation
  • Les bases d’étalonnage de scénarios de tremblements de terre

Les informations données par la population sont représentées sur des cartes macrosismiques. Pour chaque tremblement de terre, une carte est publiée sur le site web du SED (voir informations détaillées du séisme concerné).

L’intensité macrosismique en un lieu est déduite d’une évaluation/classification des mouvements du sol sur la base des effets observés en un lieu restreint. La classification se base sur les observations des effets, au sens large, de cinq catégories : personnes, objets, bâtiments, animaux et environnement. Des valeurs numériques sont attribuées en fonction de l’échelle d’évaluation. Il existe plusieurs échelles d’intensité actuellement utilisées dans le monde. L’échelle macrosismique européenne (EMS-98, Grünthal ed. 1998), introduite en 1998, est utilisée actuellement au SED et dans d’autres régions d’Europe. Une échelle d’intensité présente les descriptions générales des effets d’un tremblement de terre, en commençant par la plus faible intensité I (en EMS-98 : non ressenti) à la plus forte (intensité X+ en EMS-98 : extrême). À chaque localité est attribué un degré d’intensité. La carte d’intensité résultante donne une image globale des effets d’un tremblement de terre.  

Lors de la détermination de l’intensité, des critères subjectifs propres à chaque analyste vont jouer un rôle essentiel. C’est pourquoi il est important de documenter le processus d’évaluation et la latitude d’interprétation et d’indiquer les incertitudes. Ainsi, dans la pratique au SED, on indique pour chaque lieu une plage entre la valeur minimale et maximale (Imin et Imax) et la valeur de probabilité la plus forte (Iw). Cette dernière est la valeur indiquée dans le catalogue et cartographiée.

 

Source :

Grünthal, G. ed. 1998. « European Macroseismic Scale 1998 (EMS–98) », Cahiers du Centre Européen de Géodynamique et de Séismologie 15, Helfent-Betrange (Luxembourg).