MENU
Le contenu de la page commence ici

SwissEarthquakeExpert

Quel est le nombre de stations de mesures permettant au Service Sismologique Suisse (SED) de mesurer les tremblements de terre en Suisse?

a) 0 – le SED peut utiliser les données des services étrangers.

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) Supérieur à 200

b) Supérieur à 200

Correct !

c) 3

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) Supérieur à 150

En savoir plus

Plus de 200 stations sismiques exploitées par le Service Sismologique Suisse surveillent l’activité sismique en Suisse et dans les régions limitrophes en temps réel. Ces stations sont réparties sur tout le territoire en des lieux différents, notamment dans des grottes, des tunnels et même des forages.

Quel est le niveau d’aléa sismique en Suisse?

a) En comparaison avec d’autres pays européens, moyen

Correct !

b) Très élevé

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : a) En comparaison avec d’autres pays européens, moyen

c) Faible, il n’y a pas de forts tremblements de terre.

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : a) En comparaison avec d’autres pays européens, moyen

En savoir plus

En comparaison avec d’autres pays européens, la Suisse présente un aléa sismique moyen, avec toutefois des différences régionales : le Valais est la région avec l’aléa le plus élevé, suivi par Bâle, les Grisons, la vallée du Rhin à Saint-Gall et la Suisse centrale. Il n’existe pas en Suisse de région sans aléa sismique.

L’aléa sismique indique à quel endroit, pour une période donnée et avec quelle fréquence certaines vibrations peuvent être attendues. L’évaluation se base sur les connaissances tectoniques et géologiques, les informations sur l’historique sismique, les descriptions de dommages ainsi que des modèles de propagation des ondes.

Quelle est la fréquence de tremblements de terre ressentis en Suisse?

a) Environ une fois par an

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) Environ une fois par mois

b) Environ une fois par mois

Correct !

c) Environ une fois en cinq ans

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) Environ une fois par mois

En savoir plus

Avec son réseau de mesure numérique, le Service Sismologique Suisse enregistre en Suisse et dans les pays voisins en moyenne deux tremblements de terre par jour, soit 500 à 800 par an. Environ dix à quinze d’entre eux sont assez forts (magnitude 2.5 ou plus) pour être ressentis par la population.

Où est-ce que la terre a tremblé le plus fort en Suisse au cours des 100 dernières années?

a) À Bâle

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) À Sierre

b) À Sierre

Correct !

c) À Saint-Gall

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) À Sierre

En savoir plus

En soirée du vendredi 25 janvier 1946, un tremblement de terre de magnitude 5.8 a secoué Sierre dans le Haut-Valais.

La nuit était déjà tombée sur Sierre enneigée. À 18h32, le sol a été secoué pendant quelques secondes. Les habitants se sont rués dehors, cheminées et tuiles sont tombées des toits et les rues ont été parsemées de décombres. Une panne d’électricité a laissé la ville dans l’obscurité totale pendant dix minutes. Les lignes téléphoniques ont été immédiatement saturées. Des conditions chaotiques dans une incertitude totale ont régné pendant quelques heures.

Ce n’est que le lendemain que les conséquences du tremblement de terre sont apparues au grand jour : 3 morts, 3500 bâtiments fortement endommagés. En francs constants, le montant des dommages s’élèverait aujourd’hui à 26 millions de CHF.

Que fait le Service Sismologique Suisse, lorsque la terre tremble?

a) Il possède dans chaque canton une équipe d’urgence, qui contrôle les dommages des bâtiments.

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : c) Il alarme immédiatement les autorités, la population et les médias.

b) Il alarme le Conseil fédéral et attend que la situation se stabilise.

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : c) Il alarme immédiatement les autorités, la population et les médias.

c) Il alarme immédiatement les autorités, la population et les médias.

Correct !

En savoir plus

Les tremblements de terre ne peuvent être ni prévus, ni évités. Le SED enregistre cependant en permanence les secousses du sol. Dans les 90 secondes qui suivent un tremblement de terre, le site web www.seismo.ethz.ch affiche les informations concernant l’heure, le lieu, la force et les conséquences possibles.

Les autorités et les médias sont informés automatiquement par le SED des séismes pouvant être éventuellement ressentis. Simultanément, ces informations sont transmises au service d’astreinte 24/24 du SED par pager, courrier électronique et SMS. Ce service est à la disposition des autorités et des médias pour plus d’informations sur les évènements en cours, et il traite les données contextuelles pour les publier sur le site web.

En cas de gros séismes provoquant des dommages, le SED informe également le Corps suisse d’aide humanitaire (CSA).

Où a eu lieu le plus fort tremblement de terre jusqu’ici en Suisse?

a) À Zoug

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) À Bâle

b) À Bâle

Correct !

c) À Coire

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) À Bâle 

En savoir plus

Après au moins un précurseur l’après-midi du 18 octobre 1356, un tremblement de terre de magnitude de 6.6 environ a secoué vers 22 heures la ville de Bâle. Il s’agit du plus gros séisme historique documenté en Suisse.

De nombreuses maisons se sont écroulées, des incendies se sont déclarés en plusieurs endroits et ont sévi longtemps avant de pouvoir être éteints (en raison des toitures de bardeaux et de paille, et des foyers ouverts et des poêles allumés). En regard de la force et des destructions, relativement peu de victimes ont été déplorées, car de nombreuses personnes s’étaient précipitées à l’air libre en raison du précurseur.

Quel est le niveau de risque sismique sur mon lieu de résidence?

a) Faible, parce que tous les bâtiments sont très bien construits.

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) Probablement élevé, parce qu’on ne sait pas pour la plupart des bâtiments s’ils sont construits de manière parasismique.

b) Probablement élevé, parce qu’on ne sait pas pour la plupart des bâtiments s’ils sont construits de manière parasismique.

Correct !

c) Élevé, parce la Suisse se trouve à proximité des volcans italiens.

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : b) Probablement élevé, parce qu’on ne sait pas pour la plupart des bâtiments s’ils sont construits de manière parasismique.

En savoir plus

Selon le « Rapport de risques 2015 » de l’Office fédéral de la protection de la population (OFPP), les tremblements de terre représentent en Suisse le troisième risque après les pénuries d’électricité et les pandémies.

Le risque sismique découle de la combinaison de quatre facteurs

  • L’aléa sismique
  • Le sous-sol local
  • La vulnérabilité des bâtiments
  • La concentration de patrimoine

Pourtant, de nombreux bâtiments présentent en Suisse une sécurité insuffisante contre les tremblements de terre. La raison en est l’absence de directives à l’époque de la construction, ou bien une conformité insuffisante aux exigences d’une construction sismique.

Qu’est qu’un essaim de tremblements de terre?

a) Un prix qui est attribué à des sismologues particulièrement innovants (chaque année à Zurich).

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : c) Une accumulation spatiale et temporelle de nombreux séismes de même force (observés par exemple à Sarnen).

b) Des oiseaux qui s’envolent peu avant un tremblement de terre, parce qu’ils ont déjà ressenti les ondes dans le sous-sol (observés à Lugano).

Malheureusement faux ! La bonne réponse est : c) Une accumulation spatiale et temporelle de nombreux séismes de même force (observés par exemple à Sarnen).

c) Une accumulation spatiale et temporelle de nombreux séismes de même force (observés par exemple à Sarnen).

Correct !

En savoir plus

Lors de ce qu’on appelle des essaims de tremblements de terre, de nombreux séismes se produisent successivement dans une région limitée, sans qu’on puisse déceler clairement de précurseurs, de secousse principale et de répliques. Les essaims de tremblements de terre ne sont pas inhabituels dans le monde et également en Suisse. La plupart du temps, l’activité de l’essaim s’éteint après quelques semaines ou quelques mois, mais dans de rares occasions, les séismes sont de plus en plus forts et de plus en plus nombreux avec le temps.

Dans la région de Sarnen, des centaines de séismes se sont produits à partir de février 1964 pendant plusieurs mois. Les deux plus gros ont secoué la région le 17 février avec une magnitude de 5.0 et le 14 mars avec une magnitude de 5.7. Le montant des dommages s’élèverait en francs constants à 16 millions.

Résultat

Vous avez répondu correctement à questions sur 8.
Min: 0
Max: 4

Débutant sismique

Il y a encore du boulot !

Jetez un coup d’œil à notre rubrique Foire aux Questions (FAQ), où les informations les plus importantes concernant les tremblements de terre sont présentées de manière concise. Ou bien améliorez vos connaissances en vous essayant à quelques jeux sismiques !

Min: 5
Max: 6

Apprenti sismique

Ce résultat n’est pas mauvais, mais encore un peu d’efforts pour devenir expert sismique !

Jetez un coup d’œil à notre rubrique Foire aux Questions (FAQ), où les informations les plus importantes concernant les tremblements de terre sont présentées de manière concise. Ou bien améliorez vos connaissances en vous essayant à quelques jeux sismiques !

Min: 7
Max: 8

Expert sismique

Félicitations, on ne peut (pratiquement) plus rien vous apprendre en ce qui concerne les séismes !

Mais il reste encore une ou deux choses que vous ne savez pas encore. Dans notre rubrique Aperçus vous pourrez par exemple apprendre ce que sont des tremblements de glace et ce que les sismomètres mesurent sur la planète Mars. Ou bien essayez quelques jeux sismiques !