MENU
Le contenu de la page commence ici

Surveillance du Traité d’interdiction des essais nucléaires

En 1996, les États membres de l’ONU ont conclu un Traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Le Système de surveillance international (SSI) a été mis en place pour vérifier le respect de ce traité. Le SSI surveille les mesures sismiques, hydroacoustiques, par ultrasons et les mesures de radioisotopes ainsi que les communications associées et il est assisté par le Centre international de données (CID) du secrétariat technique.

Le SED y contribue en envoyant des données aux autorités viennoises compétentes (CTBTO). Ces données proviennent de la station sismique de Davos, qui a été installée spécialement dans ce but. Cette station a par exemple enregistré des secousses douze minutes après l’essai nucléaire réalisé en Corée du Nord en janvier 2016.

Découvrez le Système de surveillance international (SSI) sur la carte interactive de l’OTICE en cliquant sur l’image.

La Commission préparatoire pour l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (commission préparatoire OTICE) est une organisation internationale établie par les États signataires du Traité le 19 novembre 1996. Elle effectue les préparations nécessaires pour la mise en œuvre effective du Traité.

Afin de vérifier la conformité avec le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires, un régime de vérification global est mis en place. Le régime de vérification comprend les éléments suivants :

  • Un Système de surveillance international (SSI)
  • Le réseau de communication de ces informations
  • Un processus de consultation et de clarification
  • Un centre international d'étude des données recueillies
  • Des inspections sur site
  • Des mesures de restauration de confiance

La Commission préparatoire est constituée de deux corps subsidiaires : le Groupe de travail A sur les sujets administratifs et budgétaires et le Groupe de travail B sur les aspects de vérification, ainsi qu’un Groupe consultatif sur les aspects financiers, budgétaires et administratifs associés. Les Groupes de travail élaborent des propositions et recommandations pour la prise en compte et l’adoption par la Commission préparatoire lors de ses séances plénières.

Vérifiez sur la carte interactive de l’OTICE quels pays ont déjà ratifié le Traité.

Les activités de vérification effectuées au Service Sismologique Suisse sont basées sur une mission qui nous a été assignée conjointement par le Département fédéral de l’intérieur et le Département fédéral des affaires étrangères. Notre rôle pour remplir cette mission consiste à :                                      

  • Exploiter la station sismique auxiliaire DAVOX avec une grande fiabilité en utilisant des instruments régulièrement étalonnés.
  • Fournir des données d’excellente qualité par l’intermédiaire de l’interface du gestionnaire automatique des demandes de données sur demande du CID ; documenter la performance par des mesures appropriées.
  • Surveiller automatiquement la santé de nos archives de données et alerter le sismologue de service en cas de défaillance.
  • Fournir aux autorités gouvernementales suisses expertise et informations de première main ; représenter la Suisse lors des réunions scientifiques et techniques des États signataires, dans le cadre de la mise en place et de l’exploitation de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE)
  • Entretenir des contacts avec d’autres Centres nationaux de données (CND) et le Centre international de données (CID) à des fins de coopération (notamment projets scientifiques communs, transfert de connaissances et partage de tâches).

Principales activités du Centre national de données suisse (CND)

Les principales activités de vérification sismique au Centre national de données suisse sont le contrôle de qualité, la recherche appliquée pour des caractéristiques améliorées d’échange des données, la discrimination entre les séismes et les explosions, et l’étude des conséquences de l’utilisation de différents systèmes de coordonnées géographiques.

Nous représentons également la Suisse lors des réunions du Groupe de travail B au Centre international de Vienne dans la capitale autrichienne.

Participation de la Suisse au Groupe d’experts scientifiques (GES)

De 1989 à 1996, la Suisse a participé aux travaux du Groupe d’experts scientifiques (GES) et était membre de plusieurs groupes de travail (elle est toujours membre du Groupe de travail de planification GSETT-3).

La Conférence du désarmement a donné au GES comme mission de développer un système de détection et d’identification des évènements sismiques. Un système expérimental de ce type est opérationnel depuis le 1er janvier 1995 (GSETT-3 : 3è essai technique du groupe d'experts scientifiques). En 1996, le réseau GSETT-3 a été modifié progressivement pour s’intégrer dans le réseau SSI. Depuis 1990, le GES a développé une série complète de formats d’échanges de données qui sont également largement utilisés pour d’autres objectifs sismologiques.

Entre le 1er janvier 1995 et le 31 mai 1996, la station 3 composants de la Suisse APL Alpnach a fait partie du réseau auxiliaire GSETT-3. En 1995, le Centre international de données (CID) a extrait un total de 9’372 signaux ondulatoires numériques (sismogrammes) de la station suisse en utilisant le gestionnaire automatique des demandes de données. De la mi-avril 1996 à la mi-février 2002, la station auxiliaire désignée SSI à proximité de Davos (code : DAVOX) a fait partie du réseau GSETT-3. Depuis 2003, la nouvelle station certifiée DAVOX fait partie Système de surveillance international (SSI).

Le réseau sismique de l’OTICE est constitué de 170 sismomètres dans 76 pays. Parmi ces sismomètres, 50 alimentent 24/24 le Centre de données de Vienne en informations sur les événements sismiques (tremblements de terre ou explosions). L’une d’entre elles, la station DAVOX, est exploitée par le Service Sismologique Suisse.

La vidéo explique en anglais comment fonctionne la surveillance sismique de l’OTICE.

« Vérification »  est l’action de confirmer si quelque chose est vrai ou non. Dans le cas de secousses majeures, la vérification signifie que les experts doivent indiquer aux autorités et au grand public si les phénomènes détectés ont une origine naturelle ou sont le signe d’une explosion nucléaire. « Vérification sismique » signifie donc discrimination entre un séisme et une explosion nucléaire (en général une explosion nucléaire souterraine) sur la base des signaux reçus (mesurés avec un sismomètre).

Construction de la station DAVOX

Janvier 2002 Dépose du permis de construire pour la vallée de la Dischma et le col de la Strela
Mars 2002 Décision pour le site de la vallée de la Dischma
Avril 2002 Permis de construire délivré
Juin 2002 Début du chantier : voûte béton, fondation des piliers, ligne téléphonique
Juillet 2002 Installation des appareils techniques ; début de l’exploitation et transmission des données au SED à Zurich
Août 2002 Installation de la liaison satellite avec Vienne
Sept. 2002 Mise en route de l’ordinateur OTICE et transmission des données à Vienne
Juillet 2003 Fin de la configuration des derniers appareils

Certification et ouverture de la station DAVOX

Les inspecteurs de l’OTICE ont visité DAVOX les 14 et 15 juillet 2003 pour vérifier la conformité technique de la station au Manuel d’exploitation de la station (CTBT/WGB/TL-11/21, 9 janvier 2003).

Le 22 août 2003, la station DAVOX a été certifiée en tant que neuvième station parmi 120 stations du réseau auxiliaire de surveillance sismologique du Système de surveillance international (SSI). DAVOX est entrée dans le réseau opérationnel du CID le 23 septembre 2003 et a été officiellement inaugurée le 2 octobre 2003.

Plus de 2’000 essais nucléaires ont été effectués jusqu’à aujourd’hui dans le monde. Le tableau suivant présente une synthèse de tous les pays qui ont mené des explosions nucléaires aériennes, souterraines ou immergées.

Pays Nombre d’essais Type
Chine

21

24

Explosions aériennes

Explosions souterraines

France

45

153

Explosions aériennes

Explosions souterraines

Inde 3

Explosions souterraines

Corée du Nord 5

Explosions souterraines

Pakistan 2

Explosions souterraines

Union soviétique

213

503

2

Explosions aériennes

Explosions souterraines

Explosions immergées

Royaume-Uni

21

24

Explosions aériennes

Explosions souterraines

États-Unis

216

818

5

Explosions aériennes

Explosions souterraines

Explosions immergées

Inconnu 1  

Cliquez sur l’image pour voir sur la carte interactive de l’OTICE le lieu et le type des explosions nucléaires effectuées.

Essais nucléaires Année Traités
9 septembre: la Corée du Nord effectue un essai nucléaire souterrain 2016  
6 janvier: la Corée du Nord effectue un essai nucléaire souterrain 2016  
  2014 La signature et la ratification de 44 États détenteurs de la technologie nucléaire sont nécessaires pour l’entrée en vigueur du Traité. En 2014, 41 de ces États avaient signé le TICEN, 36 États l’ont ratifié.
Le 12 février, la Corée du Nord effectue un essai nucléaire souterrain 2013  
25 mai: la Corée du Nord effectue un essai nucléaire souterrain 2009  
  2008 20 mai: 178 de 193 États ont signé le TICEN et 144 États l’ont ratifié
  2007 31 décembre 244 stations SSI sur 321 ont déjà été construites, 214 ont été certifiées. Dix laboratoires de radionucléides sur 16 ont été certifiés.
9 octobre: La Corée du Nord effectue un essai nucléaire près de Punggye-ri 2006 31 décembre: 244 stations SSI sur 321 ont déjà été construites, 184 ont été certifiées. Neuf laboratoires de radionucléides sur 16 ont été certifiés.
10 février: La Corée du Nord annonce posséder l’arme nucléaire 2005 31 décembre: 219 stations SSI sur 321 ont déjà été construites, 156 ont été certifiées. Six laboratoires de radionucléides sur 16 ont été certifiés.
  2004 31 décembre: 204 stations SSI sur 321 ont déjà été construites, 109 ont été certifiées. Cinq laboratoires de radionucléides sur 16 ont été certifiés.
  2003

31 décembre: 150 stations SSI sur 321 ont déjà été construites, 83 ont été certifiées. Trois laboratoires de radionucléides sur 16 ont été certifiés.

22 août: la station suisse DAVOX a été la 9è station du réseau auxiliaire de surveillance sismologique parmi les 120 du Système de surveillance international (SSI) à avoir été certifiée.

30 avril: La Mauritanie est le centième pays à ratifier le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.

L’Inde effectue une série de 5 explosions nucléaires les 11 et 13 mai à Pokharan dans le désert du Rajasthan.

Le Pakistan effectue une série de 6 explosions nucléaires les 28 et 30 mai au Baloutchistan.

1998  
La France et la Chine effectuent leurs derniers essais nucléaires 1996

Traité faisant de l’Afrique une zone exempte d’armes nucléaires (Traité de Pelindaba).

24 septembre: ouverture de la signature du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (TICEN : texte du Traité, OTICE) à New York ; 71 États, y compris les cinq États possédant l’arme nucléaire, signent le Traité ce jour-là.

  1995 Traité sur une zone exempte d’armes nucléaires en Asie du Sud-est (Traité de Bangkok)
Les États-Unis effectuent leur dernier essai d’explosion nucléaire 1992  
Le Royaume-Uni effectue son dernier essai d’explosion nucléaire 1991  
L’Union soviétique effectue son dernier essai d’explosion nucléaire 1990  
  1985 Traité sur la zone dénucléarisée du Pacifique Sud (Traité de Rarotonga)
  1976 Les États-Unis et l’Union soviétique signent le Traité sur les explosions nucléaires souterraines à des fins pacifiques (Traité sur les explosions nucléaires pacifiques, PNET), limitant la portée des explosions individuelles effectuées en dehors des sites d’essais d’armes nucléaires à 150 kilotonnes
L’Inde effectue une explosion nucléaire à Pokharan, dans le désert du Rajasthan, et affirme qu’il s’agissait d’un but «pacifique » 1974 Les États-Unis et l’Union soviétique signent le Traité sur la limitation des essais souterrains d’armes nucléaires (Treshold Test-Ban Treaty, TTBT), limitant la portée de ces essais à 150 kilotonnes
  1968 Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP), imposant aux États non dotés de l’arme nucléaire de ne pas fabriquer ou acheter d’armes nucléaires ou d’autres explosifs nucléaires, et aux États dotés de l’arme nucléaire de ne pas transférer à qui que ce soit d’armes nucléaires ou autres explosifs nucléaires, et de s’engager vers l’objectif du désarmement nucléaire
  1967 Traité visant l’interdiction des armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes (Traité de Tlatelolco)
La Chine effectue son premier essai d’explosion nucléaire à Lop Nor, Xinjiang 1964  
  1963 Le 5 août, le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires (TIPE), interdisant les explosions nucléaires aériennes, spatiales et immergées, mais pas souterraines, est signé par le Royaume-Uni, l’Union soviétique et les États-Unis
La France effectue son premier essai d’explosion nucléaire près de Reggane dans le désert du Sahara 1960  
  1959 Traité sur l’Antarctique pour la démilitarisation et la dénucléarisation du continent antarctique
Le Royaume-Uni effectue son premier essai d’explosion nucléaire dans les iles du Monte Bello, au large de la côte australienne 1952  
L’Union soviétique effectue son premier essai d’explosion nucléaire près de Semipalatinsk au Kazakhstan 1949  

Le 16 juillet, les États-Unis effectuent le premier essai d’explosion nucléaire à Alamogordo, Nouveau-Mexique.

En août, deux bombes atomiques explosent au-dessus d’Hiroshima et Nagasaki, au Japon.

1945