MENU
Le contenu de la page commence ici

Sismicité en Suisse

Sismicité en Suisse

Le Service Sismologique Suisse (SED) localise en moyenne entre 1'000 et 1'500 tremblements de terre par an. Toutefois, très peu sont perçus par la population. Une grande partie des séismes enregistrés se produit dans les Alpes suisses, surtout dans le Valais et dans les Grisons. Les tremblements de terre que nous observons en Suisse sont en première approximation la conséquence de la collision des plaques lithosphériques européenne et africaine.

Figure: Carte des épicentres de tous les tremblements de terre de magnitude supérieure ou égale à 2 entre 1975 et 2014

Localisation des tremblements de terre en Suisse

Le Service Sismologique Suisse exploite depuis 1975 un réseau de stations de mesure sismiques. Il enregistre et localise les tremblements de terre en Suisse et dans les pays voisins. En moyenne, le SED localise entre 1'000 et 1'500 tremblements de terre par an. Toutefois, très peu sont perçus par la population. Une grande partie des séismes enregistrés se produit dans les Alpes suisses, surtout dans le Valais et dans les Grisons. Mais le nord de l’avant-pays alpin, la Suisse centrale, le Jura et la région de Bâle sont particulièrement actifs sismiquement.

La répartition en profondeur des tremblements de terre se distingue nettement dans les Alpes et dans le nord de la Suisse et l’avant-pays alpin. Les tremblements de terre dans le nord de l’avant-pays se produisent dans toute la croûte terrestre jusqu’à la limite appelée Moho, située entre cette croûte et le manteau entre 30 et 50 km de profondeur. Par contre, sous les Alpes, l’activité sismique se limite à la partie supérieure de la croûte terrestre jusqu’à une profondeur de 15 à 20 km.

Quel est le lien entre les Alpes et les tremblements de terre, ou pourquoi la terre tremble en Suisse

Les Alpes sont le résultat de l’histoire géologique complexe de deux grandes plaques lithosphériques : l’Europe et l’Afrique. On qualifie de lithosphère la couche solide la plus externe de la Terre. Elle présente une épaisseur d’environ 100 km, et elle est constituée de deux couches, au-dessus la croûte terrestre et en dessous la lithosphère mantellique. La lithosphère est brisée sur toute la planète en de nombreuses plaques de plus ou moins grande dimension, qui se déplacent dans différentes directions sur le manteau terrestre visqueux, en se frottant ou en entrant en collision les unes avec les autres. On qualifie ce processus de tectonique des plaques.

Les tremblements de terre que nous observons en Suisse sont en première approximation la conséquence de la collision des plaques lithosphériques européenne et africaine et reflètent la mécanique qui sous-tend ce processus. Les ondes sismiques révèlent le sous-sol et nous permettent de voir les parties de plaque plongeantes également sous les Alpes. On a identifié un détail important au cours des dernières années : après la subduction totale de la lithosphère océanique et la collision conséquente des deux continents, un reste de la lithosphère mantellique d’origine adhère aujourd’hui encore à la plaque européenne (dalle mantellique). Cette « dalle » plie vers le bas la lithosphère dans le nord de l’avant-pays alpin, et provoque ainsi indirectement une sismicité répartie sur une grande région dans le Mittelland. Les processus de tectonique des plaques se produisant à l’échelle des temps géologiques, on peut considérer que la sismicité actuelle des régions alpines va durer encore pendant des millions d’années.